11 – FAQ #1 : organisation, conseils pour écrire et avoir des idées de contenu

Aujourd’hui, je prends le temps de répondre à des questions que mes abonnés sur mes différents réseaux sociaux ont pu me poser. 3 questions parce que l’une d’entre elles est comme une poupée russe, elle en contient plusieurs à l’intérieur !

Question 1 — première partie :

Elle est très complète, contenant bien 5 questions en une seule. Je vais la scinder en deux parties

« Comment est-ce que tu t’organises pour tout ça ? As-tu un planning ? Comment parviens-tu à faire coïncider ta créativité et ton activité d’écriture avec ces objectifs ? Je serais très intéressée de savoir comment tu t’y prends, gères ton temps.. Parviens-tu à ne pas laisser les « obligations de résultat » interférer avec ta créativité ? 🙂 »

Je vais vous parler de comment je procède aujourd’hui. Mais je pense que cela peut être intéressant de dédier un épisode de podcast à l’organisation et l’écriture !

Depuis la sortie de mon livre Noël 2020, j’ai augmenté mes casquettes professionnelles et suis devenue ce qu’on appelle une slasheuse. Cela demande forcément beaucoup d’organisation. Fin septembre, j’ai donc revu toute mon organisation sur Notion. C’est un outil que j’utilise depuis plusieurs années, et j’ai eu la chance de suivre une formation à tarif préférentiel pour compléter ce que je savais déjà. Je te partage mon organisation via cet outil dans un article sur mon blog. Tu peux également retrouver des informations sur la manière dont je l’utilise en story à la une sur mon compte Instagram. Ma priorité est de terminer mon 2e livre et continuer à communiquer et vendre le premier. 

J’ai décidé d’articuler mon agenda autour de ça. Les matinées sont destinées à mon bien-être intérieur et extérieur : donc du temps pour moi et de l’écriture.

Les après-midi sont scindées à la journée et allouées au reste de mes activités. Par exemple, le mardi après-midi je réalise l’ensemble des tâches liées à mon activité de freelance.

Bien évidemment, tout ceci n’est pas figé. Je fais des ajustements en fonction des urgences, des imprévus. Par exemple, j’ai une dédicace en plein milieu d’après-midi et adapte ma journée en conséquence. Mais avec cette to-do j’ai les grandes lignes et cela me donne des repères pour avancer. De manière générale j’ai des deadlines pour chaque tâche que ce soit dans mon activité d’écrivaine, comme dans celles de freelance en marketing et web marketing. Si je te donne un autre exemple, j’ai dans ma to-do la tâche concernant le fait de trouver des bêta lectrices et correctrice avant la fin du mois d’octobre également. J’essaie de prendre de la marge pour toutes les actions ne dépendant pas de moi directement.

Et pour répondre à la dernière question de cette première partie : « parviens-tu à ne pas laisser les « obligations de résultat » interférer avec ta créativité ? »

En ce moment le temps consacré le matin à l’écriture est une première manière de rester créative. Ensuite, il y a les fois pendant lesquelles je suis inspirée d’un coup hors de mes séances d’écriture. Quand ça arrive, j’arrête tout et je prends le temps d’écrire ce qui a besoin de sortir. Et enfin, il y a toutes les autres activités que je fais en dehors de l’écriture : lire, voir mes proches, aller à des galeries, expos, voyager, etc. Tout ça contribue à nourrir ma créativité. Et quant à l’obligation de résultat, l’avantage d’être en autoédition est que je n’ai de compte à rendre à personne si ce n’est à moi-même. Tant que je me sens alignée à ce que je fais, j’estime que le résultat est atteint. C’est bien pour ça que dans le dernier épisode de podcast, le numéro 10, j’expliquais pourquoi j’avais mis autant de temps à scinder mes deux comptes et ce qui m’a permis de m’apercevoir qu’il était temps que je le fasse. 

Question 1 — deuxième partie :

« J’adorerais savoir plus en détail comment autopublier un livre, et avoir un retour d’expérience là-dessus ! Ça devrait aider beaucoup de personnes qui, comme moi, aiment écrire, aimeraient peut-être pousser leurs projets plus loin, mais ne savent pas vraiment comment s’y prendre 😊. »

Aujourd’hui, j’accompagne les écrivains dans les processus d’autoédition. Car certaines personnes préfèrent se décharger de ces tâches et les confier à quelqu’un qui est déjà passé par là. C’est devenu l’une de mes activités.

En outre, il y a beaucoup de contenu que j’ai mis à disposition sur mon site et d’autres qui arrivent encore. Mais tu peux déjà te tourner vers les épisodes 5 et 6 qui parlent d’autoédition et dans lesquels j’explique ce que j’aurais aimé savoir avant d’autoéditer mon premier livre et pourquoi je choisis l’édition classique d’abord pour le second. 

Il faut savoir que j’ai choisi volontairement l’autoédition pour le premier livre. Pour les raisons que tu connais si tu écoutes religieusement tous les épisodes de ce podcast où me suis sur les réseaux. 

Si j’insiste sur les raisons pour lesquelles, moi, j’ai choisi l’autoédition, c’est parce qu’elles sont intrinsèquement liées à la raison pour laquelle j’écris et ai écrit ce livre tout court. Et l’une des premières étapes à mon sens, avant de décider ou non de se lancer dans l’autoédition, c’est de savoir pourquoi on écrit. Et, ça je t’en parle dans l’épisode 1 du podcast !

Donc concernant ces étapes, une fois que cela est défini, et que tu as décidé que ce serait l’autoédition, et non l’édition classique, il faut trouver des personnes compétentes pour lire et corriger ton manuscrit. C’est indispensable. 

Par la suite, il te faudra régulariser la situation de ton livre, en achetant un ISBN, inscrivant les mentions légales qui doivent obligatoirement figurer sur ton livre, en le référençant auprès des autorités compétentes. Et bien évidemment, il te faudra également le protéger juridiquement !

Ensuite il faut choisir le mode d’impression et de distribution qui te convient. En fonction, soit tu feras toi-même la maquette de ton ouvrage, soit tu te tourneras vers un professionnel ou vers les services fournis par la plateforme d’impression et de diffusion que tu auras choisis.

Ex. : moi j’ai décidé de tout faire moi-même parce que je ne trouvai pas satisfaction dans les services que j’ai vu et que j’avais peur que le résultat final ne corresponde pas à ce que je voulais pour « au-delà de nos maux ». Je voulais que mon livre soit disponible sur mon site, mais il l’est également sur Amazon parce que j’ai conscience que je ne peux m’en passer financièrement et que le fait de faire payer les frais de livraison sur mon site peut effrayer les acheteurs potentiels. À ce sujet, à l’heure à laquelle je réalise ce podcast, l’Assemblée Nationale a validé le « montant minimal des frais de port du livre », ce qui pourrait à terme avoir une incidence positive sur ma stratégie de distribution et donc sur mes ventes. Affaire à suivre. 

Revenons à nos moutons, si tu ne souhaites pas faire les choses toi-même, et c’est ok, tu peux décider de confier l’assemblage de tes livres à un professionnel ou encore utiliser les outils d’Amazon pour le faire. Une fois que ton livre sera en ligne ou imprimé en version papier selon ce que tu as choisi, il te faudra ensuite communiquer pour qu’on achète ton livre !

En réalité cette étape de la communication doit se faire entre 3 à 6 mois avant la date à laquelle tu as prévu de rendre disponible ton livre à la vente. Il faut préparer le plan de communication et le plan marketing en fonction de ton lecteur idéal. Pour cette étape-là aussi j’accompagne les écrivains. J’évolue dans le marketing depuis la fin de mes études, soit près de 10 ans déjà. Je mets cette expérience à disposition des écrivains pour les accompagner à vendre leur livre.  

Voilà en très grosse ligne les étapes. Il faudrait plus d’une heure pour tout détailler. Mais je travaille sur un mini-guide pour te donner les bases. Et puis sinon, comme je le disais, j’accompagne ceux et celles qui préfèrent remettre cela dans les mains de quelqu’un qui est passé par là. Bien évidemment, je ne suis pas une professionnelle de l’autoédition. Je m’appuie sur mon expérience, proposent les compétences de personnes qui le sont et orientent au besoin vers ces mêmes professionnels pour les cas qui dépasseraient mes connaissances. On parle d’autoéditer un livre c’est important d’être entourés par des personnes en qui on a confiance, et c’est la raison pour laquelle, je mets à disposition les personnes avec qui j’ai moi-même travaillé !

Question 2

de el_wix_slam : « des conseils pour moi qui écris un livre » 

  • Écrire aussi souvent que possible : avoir une routine ou non, trouver ce qui fonctionne pour nous et ajuster avec le temps
  • ne pas se fermer aux genres ni à la forme, ni au support
  • lire de tout et autant qu’on en a envie, si ce n’est pas ce qu’on adore, y aller étape par étape
  • participer à tes ateliers d’écriture : j’en propose en individuel ou en groupe, en ligne ou en présentiel. Pas obligatoire, mais permet d’échanger avec d’autres écrivains et de tester d’autres choses, peut nourrir sa créativité
  • se foutre la paix et être tolérant avec soi-même, faire preuve d’indulgence
  • s’entourer de personnes de confiance. Si on a peur de partager ce qu’on écrit à des proches, on peut également le faire auprès de professionnels ou sur des forums. S’entourer de personnes de confiance qui sauront nous motiver, nous soutenir au besoin
  • se laisser le temps, ça va un peu avec le conseil de se foutre la paix.

Question 3

de alchimiedesl : comment avoir tout le temps des idées de contenu (idées quand on ne sait plus quoi écrire

Cette question était plus liée, je pense, au fait de tenir un blog ou d’exercer la profession de rédacteur/trice de contenu ou copywriter

Mais à mon sens, elle recoupe toutes les activités où l’on doit créer et partager du contenu. Il y a plusieurs choses :

  • s’appuyer sur les questions qu’on nous pose, comme je le fais avec cet épisode
  • ce qui suppose donc de donner aussi l’opportunité aux personnes avec lesquelles on interagit, de nous poser des questions
  • échanger plus généralement, en dehors de ces opportunités de poser des questions, échanger avec ses abonnés et sa communauté, se renseigner sur leur quotidien, ce qu’ils aiment ou non, les difficultés rencontrées, ce qui les intéresse
  • se nourrir du contenu des personnes qui elles-mêmes nous inspirent, il m’arrivent d’avoir des idées en écoutant des podcasts sur l’entrepreneuriat ou de culture générale
  • souvent s’aérer l’esprit et faire autre chose, permet également de nourrir notre esprit
  • bonus : tenir un journal, avoir un carnet à portée de main pour recueillir nos idées certes, mais aussi ce que l’on fait. Il m’est arrivé de trouver des idées en feuillant des carnets d’annotations remontant à plusieurs semaines ou mois.

Voilà, c’était la première FAQ, j’espère que ces réponses vous ont été utiles et qu’il y en aura d’autres.

Je voulais aussi profiter de cet épisode un peu différent pour remercier toutes les personnes qui écoutent ce podcast que ce soit de temps en temps ou religieusement. Votre présence m’est précieuse. Les avis que vous laissez sur les différentes plateformes ou les retours que vous me faites le sont tout autant. Alors mille mercis.

En attendant le prochain épisode, tu peux rejoindre la communauté d’écrivains en t’inscrivant à la newsletter l’Essentiel. Tu recevras des outils pratiques pour t’aider à donner vie à ton projet d’écriture et construire ta vie d’auteur.

couverture podcast la Voix des Mots Mahuna Poésiecouverture podcast la Voix des Mots Mahuna Poésie

Pour soutenir ce podcast, autorise-toi à le noter de 5 étoiles et à laisser un commentaire sur Apple podcast. Tu permets ainsi à d’autres personnes de découvrir le podcast et tu les aides  à donner vie à leur projet d’écriture. Merci pour ton soutien !