Interview autour de la poésie, de l'autoédition et de mon univers.

Nouvelle interview réalisée par Adnys Bo, chroniqueuse chez Cultures Sauvages.

Dans cet échange, nous avons discuté de poésie, sa définition, d’écriture thérapeutique et des enjeux de l’autoédition. 

D’autres points ont également été abordé, mais je ne t’en dis pas plus. Voici un extrait de l’interview : 

Quel(s) figure(s) emblématique(s) et combats inspirent ton écriture et ton parcours en tant que poétesse ? Pourquoi « au-delà de nos maux » ?

Mon écriture s’inspire de ce que je vis, et de ce que je vois. 

Je suis encore au début de ce « parcours de poétesse » d’autant que je ne suis pas certaine que j’écrive toujours de la poésie. Lorsque j’ai décidé de donner vie à mon premier livre, «au-delà de nos maux», le combat qui m’inspirait était celui de la résilience. Pour cette première fois, je me suis dit « C’est ton premier et peut-être dernier livre. Que souhaites-tu laisser de toi s’il n’y en avait pas d’autres. Que souhaites-tu partager à la veille des Fêtes de fin d’année 2020, après près d’une année de confinement ? ».

C’est en répondant à ces questions que j’ai trouvé mon message et que j’ai construit la trame de ce recueil. C’est une invitation à trouver un équilibre lorsque tout chavire autour de nous. Une humble incitation à embrasser toutes nos aspérités et nos nuances d’être, celles soi-disant validées par la société, comme celles décriées. À travers différents maux qui ont pu m’atteindre, je voulais partager ma manière à moi de tenter de nourrir ma part de lumière avec l’énergie de ma part d’ombre, de vivre en résilience.

Après une année difficile pour le monde, mais plusieurs décennies difficiles pour moi, je souhaitais mettre sur papier une sorte de guide pour garder le cap en tant de tempêtes. 

«au-delà de nos maux», pour inciter à ne pas s’arrêter aux souffrances, aux doutes, aux difficultés, au mal-être qui cheminent avec nous tout au long de notre vie.

Il faut leur faire de la place, prendre le temps de vivre la douleur et de la comprendre. Mais il est indispensable de laisser s’envoler ces maux lorsqu’il est temps, pour s’autoriser à avancer, à vivre pleinement.  

Tu peux retrouver l’intégralité de l’interview ci-après. 

Clique ici et… bonne lecture !