13 – Booster sa créativité avec un atelier d’écriture et méditation

J’ai toujours aimé les ateliers d’écriture. De la manière dont je vois les choses, les rédactions qu’on devait faire en français, ressemblaient déjà à des ateliers d’écriture. Quand on nous donnait le choix entre la dissertation et le sujet d’invention, je prenais forcément le sujet d’invention. Je m’en sortais bien mieux. Dommage qu’il n’y ait jamais eu d’équivalent en chimie ou en géo : j’aurais pu en inventer des choses.

Bref, blague à part, je pense que c’est intéressant de participer à un atelier d’écriture. J’avais participé à une master classe Leïla Slimani – j’ai retranscrit mes notes sur mon blog – et elle disait qu’elle-même continuait à en faire. Mais je n’ai pas toujours trouvé ce que je cherchais. Et après avoir sorti mon premier livre, j’ai ressenti le besoin d’en faire. Mais ne trouvant pas exactement, ce que je voulais, qui allait avec la manière dont je parvenais à écrire, j’ai donc décidé d’en inventer pour moi.

Et puis, j’ai eu l’occasion d’en créer et de les co-animer sur Clubhouse. Prenant un peu plus confiance, grâce à ma co-animatrice, j’ai commencé à en faire également sur Instagram. Et je me suis rendu compte que même si je proposais un encadrement large, destiné à favoriser la créativité, les retours des participants m’indiquaient souvent que cela venait les libérer également d’une charge émotionnelle. Et moi quand on me dit émotions, je pense, méditation. Je me suis donc dit que cela pourrait être intéressant de mêler les deux. 

Mes ateliers d’écriture ne se concentrent pas encore sur les qualités rédactionnelles. Ce n’est pas là qu’est ma force à mon sens. Mais avec les retours que j’ai eus, je me suis rendu compte qu’ils aident à développer sa créativité, faire le tri dans ses pensées, ressentir, et même accepter ses émotions, et parfois stimuler sa mémoire sur le long terme. Ce sont des ateliers courts pour éviter de trop cogiter et prendre le risque d’être potentiellement bloqué par la page blanche. 

Alors attention, je ne propose pas d’écriture thérapeutique, je n’ai pas de formation de thérapeute. Mais d’un certaine manière, l’écriture est thérapeutique, pour chacun et chacune d’entre nous, sans qu’il n’y ait besoin qu’elle soit proposée dans le cadre d’une thérapie. 

Je fais de la méditation depuis 2015, avec des phases de grande assiduité et d’autres non. Mais la méditation ne m’a jamais quittée. Un peu comme le yoga d’ailleurs, que j’ai commencé à pratiquer à la même époque. J’ai récemment terminé une formation en méditation, d’abord à titre personnel, et ensuite parce que je voulais me sentir plus légitime pour en proposer dans mes ateliers, en plus des livres que j’ai déjà lus sur le sujet. Ce ne sera sans doute pas la seule formation que je suivrai, il y a trop de choses intéressantes sur la méditation pour que je m’arrête là !

On connaît tous les avantages des ateliers d’écriture : gagner en confiance, booster sa créativité selon ce que propose la personne qui anime l’atelier, bénéficier de l’expérience des autres lors du temps de partage.

Alors quel intérêt il y a-t-il à ajouter, de la méditation à tout ça ? Eh bien je trouve que les bienfaits de la méditation décuple ceux de l’atelier d’écriture. Je te parle dans l’épisode 2 du podcast de la manière dont, moi, je l’utilise en échauffement de certaines de mes séances d’écriture, les plus difficiles : celles que je n’ai pas envie de faire.

Donc les bienfaits de l’atelier d’écriture sont démultipliés par ceux de la méditation : 

  • on augmente sa mémoire
  • on a une meilleure concentration
  • apaiser le mental
  • ancrer la notion d’absence de jugement qu’on a tendance à avoir lorsqu’on écrit seul ou en groupe
  • on crée un espace particulier, dédié à la séance d’écriture qui va suivre.

en fait, quand je fais de la médiation avant d’écrire (et parfois j’ai le même effet avec le yoga, mais c’est un autre sujet), j’ai l’impression que j’ouvre en grand la porte de mon cerveau. Vs l’entrebâillement que j’ai sans faire de méditation avant. Je ne sais pas si l’image te parle, mais voilà j’ai l’impression qu’une lumière vive entre et éclaire l’intérieur de ma tête et non un faible rayon de soleil dans une brume épaisse. 

Alors, comment cela se passe ?

1 – La méditation

Pour débuter, il y a donc la séance de méditation. En individuel, elle est spécifique à la demande ou au besoin de la personne que j’accompagne. Après avoir échangé une ou à plusieurs reprises et via une série de questions, j’arrive à trouver des pistes potentielles expliquant pourquoi la personne que j’accompagne rencontre des difficultés. Donc j’axe la méditation de sorte qu’elle puisse répondre à cette problématique.

Pour les ateliers collectifs, c’est un peu le même principe. Suivant la thématique que l’entreprise ou le collectif m’auront donnée, je me cale dessus également. Pour les ateliers participatifs, ceux pour lesquels je propose une rémunération au chapeau, c’est plutôt moi qui choisis et je propose quelque chose de plus généraliste. De sorte que cela puisse aider autant de personnes que possible dans leur rapport à la séance d’écriture qui va suivre.

2 – L’échauffement

Un exercice de 3 à 5 min qui permet d’introduire la séance d’écriture

3 – La séance d’écriture en elle-même

Elle dure 15 à 20min max. C’est très court et c’est voulu. J’intègre le principe d’écriture automatique pour l’échauffement et pour la séance d’écriture pour pousser volontairement les personnes à laisser les mots qui passent dans leur corps et dans leur coeur à sortir. C’est comme ça que j’ai écrit la majorité de ma vie et que j’ai écrit mes plus beaux textes, ceux qui plaisent le plus aux lecteurs et pour lesquels j’ai le plus de retour. Jusqu’à présent, l’écriture automatique a plutôt bien fonctionné pour les participants, donc je continue. 

4 – Le partage de textes, mais aussi celui du ressenti et des émotions, selon la volonté des participants

l’atelier est ligne, ce qui permet si on le souhaite de conserver une forme d’anonymat. Et comme on est chez soi, je pense qu’on se sent aussi plus rassurés pour partager et participer sans avoir peur d’être jugés.

Voilà, si tu souhaites tenter l’expérience, il y a le lien d’inscription dans la description de l’épisode. Tu peux aussi retrouver le formulaire sur mon site dans la partie « services ». Les ateliers que je fais selon ma demande sont au chapeau, comme les comédies club. Si tu souhaites me laisser une rémunération, c’est OK, si tu ne le souhaites pas, c’est OK aussi ! Dans tous les cas, tu es bienvenue ! J’espère t’y voir bientôt !

Pour soutenir ce podcast, autorise-toi à le noter de 5 étoiles et à laisser un commentaire sur ta plateforme d’écoute. Tu permets ainsi à d’autres personnes de découvrir le podcast et tu les aides  à donner vie à leur projet d’écriture. Merci pour ton soutien !